© 2016-2017 by SHE'S SUPER GREEN.

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon

Sophie Schwartz, sage-femme engagée

March 8, 2016

 

Nous nous rencontrons dans un café de la gare. Dans deux heures, Sophie Schwartz part à Paris enregistrer une émission des Maternelles, diffusée sur France 5. La présidente de l'association Manala est très sollicitée ces derniers temps mais manifestement heureuse. Le projet sur lequel elle planche depuis près de trois ans avec son équipe est sur le point d'aboutir. Elle me montre les plans. Près de 200m2 d'une ancienne aile de l'hôpital de Sélestat devrait accueillir une maison de naissance (MDN) dès septembre prochain.

 

Les maisons de naissance, on en parle beaucoup récemment. En cause, une loi de décembre 2013 qui autorise leur expérimentation avec un cadre fixé par décret le 1er août dernier. Entièrement gérées par des sages-femmes libérales, ces structures permettront d'accoucher sans hospitalisation et proposeront aux femmes un accompagnement individualisé.

 

« L’idée est d’offrir un lieu accueillant et non interventionniste avec une sage-femme qui va surveiller, être en mesure de détecter la pathologie le cas échéant. La future maman va ainsi être en mesure d’éteindre son mental, les idées qui polluent pour laisser fonctionner son utérus tranquillement" m'explique Sophie Schwartz.

 

Quand je lui demande d'où lui vient son engagement, elle se souvient de la sage-femme énergique venue à plusieurs reprises accoucher sa mère à domicile. 'Une femme extraordinaire' qui a en partie influencé son parcours.

 

 

 

A l'école des sages-femmes, on lui enseigne à diriger l'accouchement, avec comme mot d’ordre la sécurité. Lorsqu'elle intègre la maternité Baudelocque à Paris après ses trois années de formation, elle ne s'y sent pas à sa place. La péridurale fait ses premiers pas.

 

"Elle était pratiquée à hauteur de 20 à 30% contre 70% aujourd'hui. A l’époque, les femmes étaient monitorées et immobilisées pendant une grande partie du temps de travail. Quand on sait que le mouvement est fondamental pour gérer les contractions, c'était aberrant".

 

En termes de références, Sophie Schwartz cite Michel Odent ou encore Frédérick Leboyer, chantre de l'accouchement sans douleur. "En URSS, Leboyer avait visité des lieux où les femmes accouchaient sans douleur. Il avait pu observer la manière dont les femmes rentraient dans leur bulle, se laissant porter par leurs contractions, laissant tout simplement fonctionner leur corps. Car le corps sait accoucher. Il ne s'agit pas d'ésotérique ou d'écologie, c'est un processus physiologique (naturel), tout simplement".

 

Dans les années 2000, elle intègre la clinique Sainte-Anne à Strasbourg. A cette même époque, elle s'ouvre à la physiologie et côtoie des sages-femmes influencées notamment par Jacqueline Lavillonière. Cette sage-femme qui pratique des accouchements à domicile en Ardèche, est chef de file dans la défense de l’accouchement à domicile. Notamment en ce qui concerne le coût prohibitif des assurances proposées aux sages-femmes, qui en oblige certaines à sortir de la légalité.

 

« L'objectif aujourd’hui est de sécuriser la naissance. On cherche à maîtriser l'issue de l'accouchement, on médicalise, pour finir par priver les femmes de la possibilité d’exprimer une part de leur féminité. Il est essentiel de comprendre que la femme est en mesure de développer sa propre sécurité".

 

S’il est vrai que certains hôpitaux s'orientent vers des espaces physiologiques, ils sont souvent confrontés à un manque de personnel. "Dans certains établissements, elles ne sont que trois sages-femmes de garde pour 3000 accouchements annuels. Il est difficile dans ces conditions de percevoir le sensible".

 

 Face à cette surmédicalisation, de plus en plus de femmes aspirent à avoir un meilleur suivi et à sortir de l’anonymat de ce qu’on a fini par appeler les « usines à bébé ».

 

"Les maisons de naissance sont une demande des femmes qui ne veulent pas accoucher en hôpital ». Car ce sont bien les femmes, avec le soutien des sages-femmes et d’associations telles que le Collectif Maisons de Naissance, le Collectif inter-associatif autour de la naissance (CIANE), l'Association nationale des sages-femmes libérales (ANSFL) ou encore le Conseil national de l'Ordre qui ont fait avancer l'idée des MDN.

 

"Si l'on s'attache à l'histoire des femmes, on comprend que cette question est intemporelle. Il y a toujours eu des femmes pour ressentir que l'accouchement pouvait se faire de manière physiologique. Les femmes savent accoucher, le corps est fait pour cela mais elles l'ont oublié, tout comme les médecins et les sages-femmes".

 

Si le projet a dû faire face à la résistance des gynécologues, il a été soutenu politiquement par des figures telles que Muguette Dini et par des acteurs plus inattendus tels que la Cour des comptes qui recommandait dès 2011 l'expérimentation des maisons de naissance, pointant notamment l'insatisfaction des femmes et le besoin d'économie face à des coûts d'hospitalisation trop importants.

 

Grâce à ces efforts joints, neuf maisons de naissance, retenues sur l'ensemble du territoire métropolitain et outre-mer, ouvriront leurs portes cette année.

 

Les neuf sages-femmes à Manala conserveront leur statut libéral. Elles travailleront en trinôme, pour alléger la disponibilité de la sage-femme référente. "Le but est que les femmes s'approprient les lieux et s'y sentent bien". Toutes les femmes y seront les bienvenues dès lors que leur grossesse ne présente pas de risque particulier.

 

"Notre espoir", conclue Sophie Schwartz, "est que l'expérimentation réussisse et que ces structures soient légalisées. Puis à plus long terme, pourquoi ne pas rêver de maisons de naissance extra-hospitalières et de la possibilité pour les sages-femmes de pratiquer l'accouchement à domicile sous le couvert d’assurances adaptées".

 

L'expérimentation va durer cinq ans avec une première évaluation prévue d'ici deux ans, fin 2017. En attendant, souhaitons longue vie à Manala.

 

www.manala.fr

Source infographies - Accoucher comme à la maison, EPJT

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Search By Tags
Newsletter
Hello!

Naturopathe en herbe, je me passionne pour le bien-être et les médecines alternatives. Sur ce blog, vous trouverez des recettes simples et des conseils santé, plus spécifiquement orientés sur la médecine des femmes, un sujet qui m'intéresse tout particulièrement.

Bonne lecture!

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Instagram Icon